Le Compostage

Qu’est-ce que le compostage ?

Faire du compost consiste à reproduire en quelques mois dans un bac (composteur) ou en tas, le processus de décomposition naturelle qui se déroule en quelques années dans le sol d’une forêt.

Comment ça marche ?

Ce sont les micro-organismes du sol (bactéries, champignons,…) mais aussi toute une microfaune (acariens, vers, cloportes,…) qui en présence d’oxygène et en milieu humide vont décomposer la matière organique et la transformer.

Le produit obtenu est le compost ou humus. Quand il est mûr il a :

  • Une couleur sombre,
  • Une odeur agréable de terre de forêt,
  • Une structure grumeleuse qui s’émiette. Sa texture est fine et friable,
  • Il n’y a plus d’insectes visibles.

Quelles sont les qualités du compost ?

C’est un excellent amendement pour le sol.
Il équilibre un sol trop argileux ou trop sableux. Il est aéré. Il laisse pénétrer l’eau et l’absorbe, la retient comme une éponge. Il apporte des micro-organismes. Il est stable chimiquement, c’est-à-dire que les minéraux qu’il contient seront assimilés par les plantes au fur et à mesure de leur besoin et ne partiront pas avec la première pluie (contrairement à un engrais).

Où placer son composteur ?

Le composteur doit être placé

  • Dans une zone tempérée, qui sera plutôt ombragée l’été pour éviter le dessèchement et plutôt ensoleillée l’hiver pour ne pas interrompre le processus, et à l’abri des vents dominants,
  • Directement sur la terre pour favoriser les échanges des insectes, vers de terre et micro-organismes avec le sol, et pour absorber l’excédent d’humidité,
  • Pas trop loin de la cuisine et facile d’accès.
  • Prêt d’un point d’eau si possible pour rincer le seau contenant les déchets de cuisine et arroser le compost si nécessaire,

Si l’on craint la visite de rongeurs, on peut placer le composteur sur une grille solide ou sur plusieurs morceaux de grillage solide entrecroisés.

La recette de base :

4 ingrédients sont nécessaires :

  • des déchets de cuisine (biodéchets)
  • des déchets de jardin (déchets verts broyés)
  • de l’eau
  • de l’air

Comment procéder ?

A chaque apport :

  • Vider le seau de déchets de cuisine dans le composteur;
  • Décompacter et étaler les matières, les enfouir dans le broyat déjà en place;
  • Recouvrir avec le même volume de broyat;
  • Rincer le seau et mouiller les apports avec l’eau de rinçage.

Important: Garder toujours un stock de broyat à proximité du composteur.

Attention : Ne jamais tasser le compost. Il faut laisser l’air à l’intérieur.

Quel composteur choisir, en bac (bois ou plastique) ou en tas? Quelques conseils de Christian Nanchen:

Retournement d’un composteur en bac

Lorsque le composteur est plein ou au bout d’1 à 2 mois, il faut procéder au retournement. Pour cela poser une bâche au sol devant le composteur, retirer un panneau entier et retourner le contenu sur la bâche en décompactant. Cette opération a aussi pour but d’aérer le compost, et de vérifier l’humidité. Si vous disposez de plusieurs bacs, vous pouvez remettre le compost dans un bac. Ce sera le bac de maturation. Les nouveaux apports se feront dans un autre bac (le bac d’apport).

Si vous n’avez qu’un seul bac, laisser mûrir le compost en tas, dans un endroit ombragé du jardin, en le recouvrant avec du carton, de la paille ou du broyat pour le protéger de la pluie et du dessèchement. Et utilisez votre bac pour de nouveaux apports.

En faisant des tas de compost à des degrés différents de maturation, vous disposerez de compost mûr tout au long de l’année. Les nouveaux apports ne seront jamais mélangés au compost déjà mûr ou en cours de maturation.